Thèse - Prévision de l'état résiduel et microstructural pour la fabrication additive par dépôt de fil métallique à l'arc - H/F
EDF
CHATOU , Ile de France
il y a 13j

Contexte :

Les procédés de fabrication additive par dépôt de fil métallique sont en plein essor car ils proposent des taux de dépose matière très élevés et minimisent les problématiques HSE liées à l'exploitation de poudres métalliques.

Si ce procédé issu du soudage est bien connu, son exploitation sur des cellules robotisées pour fabriquer des pièces de grande taille ou ajouter des fonctionnalités par rechargement nécessite de développer des stratégies de dépôt adaptées aux pièces fabriquées pour garantir l'efficacité du procédé tout en minimisant les déformations, les contraintes résiduelles et garantissant la santé matière.

Le travail de recherche proposé consiste donc à simuler le procédé de fabrication par dépôt de fil robotisé et de déterminer les conséquences sur la pièce produite, microstructure, contraintes et déformations.

Les travaux proposés s'inscrivent dans le cadre de la plateforme francilienne de fabrication additive " Additive Factory Hub " impliquant des industriels et des académiques.

Les travaux seront principalement menés sur le site AFH du plateau de Saclay et feront l'objet d'échanges avec d'autres doctorants sur des sujets connexes sur les procédés de dépôt de fil et lits de poudres métalliques.

Objectifs :

Les procédés WAAM (Wire and Arc Additive Manufacturing) de fabrication additive par dépôt de fil métallique à l'arc possèdent de nombreux atouts qui les rendent très attractifs dans diverses industries : procédé maitrisé, taux de dépose importants, peu de pertes de matières, bonne maitrise du bain liquide, etc.

Cependant certaines problématiques sont à prendre en compte comme le besoin de maintenir de l'arc électrique, les projections, la géométrie des pièces en particulier dans la direction d'empilement et aux jonctions, les déformations, etc.

Afin d'aider la maitrise du procédé, notamment pour produire des pièces de bonne qualité (maitrise des déformations et contraintes résiduelles, maitrise de la microstructure produite), il est nécessaire de simuler le procédé tant du point de vue thermique et métallurgique que mécanique.

A l'instar du soudage, la difficulté réside dans la connaissance fine de la thermique, du grand nombre de cordons déposés et de la prise en compte de phénomènes métallurgiques (solidification, transformations de phase, restauration d'écrouissage, revenu, anisotropie des matériaux, etc.

  • De plus, dans le cas des procédés WAAM, le nombre important de passes nécessite l'exploitation voire le développement de méthodes numériques performantes (par exemple : réduction de modèle pour les études paramétriques, méthodes multi-échelles, etc...).
  • Les travaux de recherches consisteront à proposer un modèle thermo-métallo-mécanique, efficace numériquement, capable de déterminer l'influence des paramètres opératoires sur l'état résiduel de la pièce et de prendre en compte les opérations de finition / parachèvement.

    Pour valider et alimenter les modèles numériques, des essais instrumentés sur des configurations représentatives seront conçus.

    Un soin particulier sera porté à l'instrumentation qui devra fournir suffisamment de données sur l'ensemble de la pièce et en cours de fabrication.

    Ce modèle numérique pourra être exploité pour :

  • définir des stratégies de fabrication optimisées (notamment pour les trajectoires) ;
  • mettre au point les traitements thermiques adéquats en fin de fabrication permettant, de répondre au cahier des charges des utilisateurs finaux.
  • Ces modèles numériques seront exploités pour simuler les cas d'usage proposés par les partenaires industriels du projet (Safran, Vallourec, EDF) et serviront de supports de validation.

    Enfin, des caractérisations métallurgiques pourront être réalisées, pour examiner les textures et contrôler l'absence de défauts.

    Durée Envisagée :

    3 ans à partir de Septembre 2018.

    Profil :

    Le bon déroulement de ce travail de recherche nécessite impérativement une bonne compétence numérique et une maîtrise avancée de l'utilisation et du développement de code de mécanique des structures.

    La connaissance théorique de la métallurgie des procédés serait un plus. De plus, le (ou la) candidat(e) devra faire preuve d'un bon sens pratique et physique.

    Enfin, le (ou la) candidat(e) devra faire preuve de curiosité dans le domaine de la physique des procédés et avoir une certaine appétence pour les techniques expérimentales.

    Étudiants de M2 ou grandes écoles. Spécialité : mécanique (numérique) ou mathématiques appliquées.

    Compétences souhaitées :

  • Bases solides en calcul par éléments finis, mathématiques appliquées et mécanique des milieux continus ;
  • Connaissance des procédés de fabrication additive et soudage ;
  • Développement de code informatique (Python, C / C++, etc.) ;
  • Maîtrise de code-aster et Salome-Meca ;
  • Doté de capacités d'analyse, d'autonomie et d'un esprit d'initiative ;
  • Capacité à travailler dans un projet collaboratif ;
  • Aptitude à communiquer aussi bien à l'oral qu'à l'écrit (en français et anglais).
  • Postuler
    Postuler
    Mon email
    En cliquant sur « Continuer », je consens au traitement de mes données et à recevoir des alertes email, tel que détaillé dans la Politique de confidentialité de neuvoo. Je peux retirer mon consentement ou me désinscrire à tout moment.
    Continuer
    Formulaire de candidature